Saint-Omer

D'abord liée à la vie religieuse, la ville voit ses premières fortifications apparaitre au Moyen Âge autour de l'abbaye Saint Bertin et du monastère. La motte castrale du Xe siècle est à l'origine, entourée de marais. Saint Omer connait des conflits jusqu'à la renaissance. Au début du XIVe siècle, c'est l’une des plus grandes et des plus riches villes d’Europe. Elle est a nouveau fortifiée par les Espagnols dès le XVIe siècle puis, en 1677, Louis XIV reprend la ville mais Vauban n'apporte aucune modification. Saint Omer est  démantelé  en 1895.

Aujourd’hui il n’y a qu'une partie des remparts du front Ouest qui est conservée et aménagée en jardin public, sur le bastion.

Ici, se mélangent parfaitement détente et loisirs. Les anciennes douves sont encore visibles et une salle du bastion abrite, comme souvent dans les espaces fortifiés, une colonie de chauves-souris protégée par le réseau Natura2000. Un grand travail de gestion environnementale est réalisé sur cet espace. En effet, lors du démantèlement des remparts en 1892, la ville demande la réalisation d’un jardin public. Alors, jusqu’à l’ancienne demi-lune, un jardin à la Française sera réalisé avec un kiosque à musique et des mosaïques florales. Deux casemates seront conservées. La mixité étant souhaitée sur cet espace, l’ingénieur en charge du projet, décide d’imiter la nature en installant un jardin à l’anglaise et un arboretum pour compléter le parc.

Trois casernes et des vestiges de la grande enceinte de 1200 sont encore présents. Se sont alors 20 hectares d'espace fortifié réhabilité dans le cadre urbain.

La motte castrale de Saint Omer, dont les graffitis de l'ancienne prison font frissonner les visiteurs, accueille toute l'année des événements culturels et touristiques. Ce site est le seul de la région de l’époque des comptes de Flandres, en milieu urbain et encore si bien conservé.

Les autres éléments fortifiés du Pays d’art et d’histoire de Saint-Omer : mottes castrales, vestiges d’enceintes, églises et fermes fortifiées, la Maison de l'Archéologie de Thérouanne (ville détruite par Charles Quint en 1553), les fortifications à Aire-sur-la-Lys; sont de réelles expériences riches et passionnantes.

pah@aud-stomer.fr

03 21 38 01 62

Administration:

5 rue des précurseurs
59491 Villeneuve d'Ascq

 

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon

Siège social:
Hôtel de Ville
rue du Maréchal Joffre
59530 Le Quesnoy

 

©AssociationdesespacesfortifiésdesHauts-de-France